1200 PHOTOS POUR RESTER ÉTERNEL

MR MOUJIKK - 1200 PHOTOS POUR RESTER ÉTERNEL

Raconter une histoire de jeunesse,  faire l’éloge de la beauté au travers de la photographie, figer une séquence fugace à l’échelle d’une vie pour l’éternité,  tel est le trésor livré dans les 3 tomes de ce livre, un autre chef-d’œuvre de Karl Lagerfeld, intitulé « METAMORPHOSES of an AMERICAN », publié en 2008 chez Steidl.

Après de millier de prises de vue du mannequin Brad Kroeing,- inconnu alors,- dans tous les coins du monde durant cinq ans, finalement ce sont quelques 1200 photos qui ont été sélectionnées pour la publication.

Anthologie de changement de physique au fil des cinq années, toutes les photos sont d’une tendresse inouïe, où le beau, la conception de la beauté et de l’esthétisme prennent tout leur sens de l’éphémère lié à de nombreux aspects de la destinée humaine.

Ici, la beauté est loin d’être figée : elle est vivante, mouvante, perceptible et d’une simplicité presque complexe, génératrice de sa propre ambiance, du charme et de la personnalité. Il s’agit presque de sa façon d’être, de sa logique d’existence, captivant et attirant, qui va bien au-delà du simple plaisir esthétique.

Lagerfeld définit dans la préface du deuxième volume, l’une des trois dimensions de la photographie comme étant l’émotion. En feuilletant une par une les pages, on se demande comment il pourrait en être autrement. N’est-ce pas le beau,- de par l’aspect visuel,- propre d’un phénomène qui au travers d’une perception procure une sensation de plaisir, un sentiment de satisfaction.

Beauté de la forme poussée au paroxysme de l’esthétisme, ici le beau est,- comme dirait Kant,- l’objet de la satisfaction désintéressée, et est ce qui plaît universellement sans concept.

Comme Platon, dans le Banquet, Lagerfeld montre comment passer du désir des beaux corps à l’amour des belles âmes pour parvenir à la contemplation de la beauté en soi, assimiler la beauté à l’absolue esthétique et l’rapprocher d’un idéal.

Ce diaporama nécessite JavaScript.